Ostéopathie et allaitement

L'allaitement maternel est certes naturel mais ce que l'on ne sait pas forcément en tant que jeune maman, c'est qu'il n'est pas toujours facile à mettre en place. Le nouveau-né peut avoir des difficultés à bien prendre le sein, ce qui provoque de multiples complications qui peuvent faire renoncer. Quelles sont ces difficultés de l'allaitement et quelles solutions l'ostéopathie peut leur apporter.

L'allaitement maternel est idéalement adapté aux besoins du nourrisson. Il supporte le système immunitaire de votre enfant et le protège. Le nouveau-né l'apprécie et le digère facilement. Il contient également ce qu'il faut de protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux et tout cela naturellement. L'allaitement maternel est donc souvent une bonne solution mais parfois cela ne se passe pas aussi bien qu'espéré. Comment peut-on expliquer cela ? Comment y remédier ?

La réussite de l'allaitement dépend avant tout de l'efficacité de la succion du bébé. En effet, les mères qui ne peuvent véritablement pas allaiter sont des cas très rares. En revanche, les bébés qui ont une succion inadéquate sont beaucoup plus fréquents. Dans ce cas, ils ne peuvent pas prendre le sein de manière appropriée et n'arrivent donc pas à en tirer le lait, ce qui empêche une stimulation correcte de la production de lait chez la mère. Ainsi en dégageant les structures mécaniquement et neurologiquement en jeu dans le phénomène de succion, l'enfant peut améliorer sa succion et ainsi favoriser la prise du sein, gage d'un allaitement réussi. Il est aussi intéressant de revoir les positions de l'allaitement qui permettent à l'enfant de prendre correctement le sein, à la mère d'être confortable, donc détendue et dans un véritable moment de plaisir.

Comment se positionner pour l'allaitement

Avant de chercher du côté physiologique ou anatomique lorsqu'on éprouve des difficultés d'allaitement, il faut en premier lieu revenir à la base, c'est-à-dire le positionnement :

Pour la mère :

  • Une assise confortable de la mère, épaules relâchées;
  • Un bébé toujours à la hauteur du mamelon, face au sein. Il ne doit pas devoir tourner la tête pour prendre le sein. On peut se servir d'une ligne imaginaire horizontale : oreille, épaule et hanche du bébé sont alignés;
  • Toujours amener le bébé au sein, et non l'inverse.

Pour l'enfant :

  • Une grande ouverture de bouche du bébé (comme s'il baillait) va lui permettre de prendre une grande partie de l'aréole et non seulement le mamelon;
  • Une langue qui s'avance assez loin sous le mamelon;
  • Des lèvres supérieures et inférieures retroussées.

Les positions d'allaitement

Anne-Claire OLIVIER